Entrepreneurs : les 12 clés de la réussite

  • Entrepreneur parlant au micro
  • Réunion entrepreneurs échange

Suite à un déjeuner organisé par l’accélérateur Wesprint avec Jean Marc Patouillaud, Managing Partner dans le plus grand fonds d’investissement Tech d’Europe : Partech Partners, voici un résumé des 12 qualités récurrentes selon lui, chez les entrepreneurs qui réussissent. Cet article se veut synthétique et essaye de donner un bon aperçu de l’expérience de Jean Marc qui a rencontré des milliers d’entrepreneurs tout au long de sa carrière de VC :

1. La vision

La vision est un grand mot, parfois vague, mais les entrepreneurs doivent se demander « Pourquoi je suis là? Pourquoi je fais ça? » Selon Jean Marc, 1 entrepreneur sur 4 ne sait pas répondre à cette question fondamentale qui va alimenter son ambition. Il lui faut être ambitieux quitte à ce que cela ne marche pas.

2. Co-fondateurs

Même s’il existe plusieurs contre-exemples et divers avis sur ce sujet, Jean Marc pense que l’on est tout de même mieux à plusieurs que seul, pour entreprendre. 
Selon lui, ce n’est pas forcément le Duo CEO-Commercial / CTO-Développeur qui est l’idéal mais plutôt le duo Visionnaire / Opérationnel qui fonctionne le mieux.

3. Les entrepreneurs doivent être frugaux

Être ambitieux ne veut pas dire dépenser à tout va. Un bon entrepreneur est un entrepreneur qui est frugal. Le bon état d’esprit est de viser haut sans faire n’importe quoi avec l’argent. Comme traverser un désert avec peu de bidons. 

4. Recrutement

La phrase clef ici c’est: « Hire slow, fire fast », il ne faut pas se précipiter pour recruter, il vaut mieux « perdre » trois mois pour trouver le bon profil. De la même manière si on se rend compte qu’un recrutement est raté, il ne faut pas attendre, car chaque mois de perdu avec une personne toxique ou incompétente peut mettre en péril votre entreprise. 
Le recrutement montre également qui nous sommes. Les A recrutent des A, les B recrutent des C.

5. Prise de décision

Que ce soit dans l’exécution, le recrutement, le pivot… il faut aller vite. Prendre les bons avis mais pas tous les avis, et ne pas perdre de temps : trancher. 

6. L’international

Particulièrement pour une entreprise tech, il n’y a pas de frontières. Il faut se frotter rapidement au marché US, qui est souvent un juge de paix pour une entreprise tech. Cela demande beaucoup de  moyens. L’Asie est intéressante aussi, avec selon Jean Marc, un fort potentiel pour la Corée du Sud et la région Asean. La Chine et le Japon, sont compliqués. De même que l’Allemagne en Europe. 

L’Afrique est également intéressante avec une forte propension à adopter l’innovation par effet de leapfrogging.

7. Les entrepreneurs doivent avoir une addiction pour la vente

Les entrepreneurs doivent être obsédé par la vente, par mettre leurs produits le plus tôt possible sur le marché, même si certaines fonctionnalités ne sont pas encore tout à fait au point. On ne peut jamais sortir un produit parfait de toutes façons. Il faut pénétrer le marché brique par brique. Mais ne jamais transiger sur la qualité du support au client.  S’il se sent accompagné il vous pardonnera tout.

8. Les chiffres comptent

Malgré la vision romantique que certains peuvent avoir des entrepreneurs instinctifs qui monteraient une superbe boite sans BP, fichier Excel financier et autres… on voit tout dans les chiffres. Il faut définir ses KPI (indicateurs de performance), bien les connaître et les suivre. 
L’entrepreneur qui fait ces efforts va pouvoir sortir des vérités sur sa boite dans ses chiffres. 
Il est important de pouvoir piloter aussi bien sa boite de manière quantitative que qualitative. 
Il faut regarder non seulement à la jumelle (vision) mais aussi à la loupe (chiffres).

9. Les entrepreneurs doivent retourner les appels

Le Networking est très important. Que ce soit des prospects, des investisseurs, des partenaires, il faut construire un réseau et le ménager. Il faut être disponible, et rappeler les gens. 

10. Fundraising is a war, not a battle

Même si la levée de fonds ne doit pas être l’alpha et l’oméga de l’entrepreneur, les projets ambitieux demandent des capitaux.
Avec les fonds, il faut faire du pré-marketing. Les investisseurs que vous allez rencontrer en année N, il faut les contacter en année N -1, non pas pour leur envoyer tout votre dossier (BP, Pitch deck) mais pour vous faire connaître, parler de ce que vous voulez faire, en fixant éventuellement quelques miles stones et entretenir une relation.
Quand l’investisseur vous connaît, et que vous le rappelez avec des bonnes nouvelles, c’est l’idéal. 
Il vaut mieux reprendre contact avec 5 investisseurs qualifiés que contacter de manière froide 50 non qualifiés.

11. Ne pas oublier la culture de la boîte

Une société ce n’est pas juste des chiffres, même s’ils sont importants, du CA, du bénéfice. C’est une association d’individus, qui adhère à un projet, des valeurs. Ce n’est pas seulement le salaire, les BSPCE, qui motivent les gens à suer pour un projet. L’ adhésion d’une équipe à un projet commun qui a du sens, a énormément d’importance. De ce fait, il est fondamental de définir les valeurs de sa boite. 

12. Les entrepreneurs ne doivent pas oublier leur vie privée

Si vous êtes heureux chez vous, vous serez heureux dans votre vie professionnelle, et cela se ressentira et rayonnera sur vos collaborateurs, clients, partenaires. 
Dormez, prenez des vacances, faites du sport.


En bonus, une lecture recommandée par Jean Marc: Monetizing Innovation: How Smart Companies Design the Product Around the Price, sur l’importance d’une bonne stratégie de pricing dans la réussite d’une entreprise.

Merci à Jean Marc pour ses conseils (et sa relecture).

Laisser un commentaire

treize + 15 =